13 mai 2011

L'après délivrance

Il est très difficile pour moi de mettre des mots sur l'intensité de l'accouchement, tellement d'émotion, de douleur, de joie que tous ces sentiments se mélangent et embrument mon cerveau (trop) lent.

Par contre pour un concours d'écriture imposé (un drabble ou un exercice d'écriture qui avait pour but d'écrire en 500 mots "le trou noir") je me suis amusée à me rappeler l'après délivrance que j'ai vécu.

Une fois le placenta sortit et l'examen de celui-ci l'équipe médicale s'est apperçue qu'il en restait un bout en moi et qu'il fallait procéder à une sorte d'anesthésie pour le retirer. Une piqure avec un produit hautement hallucinogène et un coup d'oxygène plus tard, j'avais rejoint un monde bizarroïde fait de chiffres et de son. Le texte qui suit est la fidèle reproduction de ce que j'ai ressenti dans ce voyage médical étrange !

 

---

 

La lumière s’intensifie, elle tourbillonne autour de moi. Les couleurs passent les unes après les autres dans mon champ de vision, je vole tellement vite que j’ai juste le temps de les apercevoir mais pas de les nommer, elles forment une spirale qui m’enveloppe. Cela doit faire partie du programme.

J’essaye de communiquer avec l’appareil mais je ne comprends rien, que des bips à des fréquences différentes, tantôt basses, tantôt hautes, rapides ou lentes. Il faut que je me concentre mais à cette vitesse je ne sais plus qui je suis. J’essaye de crier mais aucun son ne sort de ma bouche.
Ai-je encore une bouche ? C’est possible que non après tout.

Les couleurs disparaissent et laissent place au noir sidéral parsemé de petites lumières. Les étoiles !
Enfin je reconnais où je suis, j’ai réussi, je suis proche de la voie lactée. Je dois me concentrer sur ma mission, mais j’oublie ce que je dois faire alors je plane doucement en admirant l’obscurité de l’espace.

Je tourne sur moi-même, passant du dos au ventre, nageant en ramenant mes bras vers ma tête, je tente de visualiser mon corps mais c’est à ce moment là qu’il a disparu.
Je deviens une équation, ma transformation s’achève. Je suis une formule mathématique dérivant dans le néant intersidéral. Ne pas paniquer et se concentrer sur sa respiration.

Je suis zen et je profite du spectacle. Je suis attirée vers un lieu sombre, je veux voir ce qu’il se passe là-bas.
Mes bras et mes jambes reviennent, je nage vers ce lieu.
C’est génial j’avance plus vite que la lumière, je vais atteindre mon but.
Mais quel est-il ? J’ai oublié la mission, il faut que je discute avec l’appareil.

Je me concentre à nouveau sur les sons qui proviennent de l’intérieur de ma tête, ils sont toujours aussi nombreux et de plus en plus forts, j’ai mal à la tête. Je perçois la menace, je me suis trop éloignée, il faut que je retourne vers les couleurs.

Je comprends alors que je suis attirée vers un trou noir et que si je cède à son appel jamais je ne retrouverai mon corps.

D’un grand coup de jambes je me projette en arrière et sans jamais me retourner je fonce vers la spirale colorée à l’opposé du trou noir.

Tout s’éclaire, le bruit des machines devient un langage que je commence à comprendre. J’émets des bips rassurants, je deviens la machine moi aussi.

Je distingue un langage familier « bip...madame Sayya...bip...bip...madame Sayya ? ».
J’ai envie d’un ice Tea à la mangue, je dois vite rejoindre la base.
« Bip...madame Sayya, vous m’entendez...bip ? »
Je marmonne un oui distendu.
Je perçois le soulagement de la machine qui me fixe de ses deux yeux, enfin quatre peut-être, selon qu’elle ait un ou deux visages.
« Madame Sayya, vous revenez à vous, l’opération s’est bien passée. Vous désirez quelque chose ? »
Je réponds vite d’une voie pâteuse « oui un Ice Tea ».

Posté par sayyadina à 10:29 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur L'après délivrance

    ???? Ah bon ????

    Ils utilisent du cannabis en seringue à la maternité ? Tu vas faire des envieux. Lol

    Willy

    Posté par Jetwill, 27 mai 2011 à 18:25 | | Répondre
  • Oh non c'était de la drogue dure !
    J'ai demandé le nom mais ils n'ont pas voulu le dire )

    Posté par Sayyadina, 29 mai 2011 à 16:44 | | Répondre
  • Déjà avec deux péridurales j'étais complètement à l'ouest. Je n'ose même pas imaginez avec du dur et après tout le travail.
    En même, tu l'auras bien méritée ta "récréation" :p

    Posté par Bvelvet, 01 juin 2011 à 10:42 | | Répondre
  • Hahaha c'est sur !
    je regrette par contre d'avoir refusée la deuxième péridurale !!!!

    (m'enfin les trucs hallucinogènes j'aime pas trop j'ai une préférence pour la morphine )

    Posté par Sayyadina, 01 juin 2011 à 17:17 | | Répondre
  • ))) moi ils n'auraient pas osé me la refuser... Enfin monsieur qui me voyait me dresser à moitié sur le lit en hurlant sur la sage femme... la pauvre :-p

    Et je ne suis pas fan non plus des trucs hallucinogènes, j'aurais peur de perdre le contrôle. Je préfère ce qui booste un peu, mais ne nous égarons pas ^^

    Posté par Bvelvet, 11 juin 2011 à 16:10 | | Répondre
Nouveau commentaire